Mieux manger et lutter contre le réchauffement climatique

Catégorie: Archives

graines

En marge du sommet de Copenhague, une étude publiée le 22 novembre* dernier révèle pour la première fois qu’en Europe, les gaz à effet de serre produits par l’agriculture, excèdent à eux-seuls, la capacité d’absorption de l’ensemble des écosystèmes.

Sur le reste de la planète, 50% des productions de gaz résultants des activités humaines sont absorbés naturellement. On connaît l’agriculture industrielle comme la principale menace qui pèse sur la santé publique. On sait aujourd’hui qu’en Europe, elle contribue beaucoup plus qu’ailleurs au réchauffement climatique. Ce qui nous place sur ce point au tout dernier rang mondial, très loin derrière les États-Unis.

Si l’on ajoute au coût environnemental d’une l’agriculture intensive, les émissions de CO2 liées aux activités de transformation, de conditionnement et de transport de nos produits alimentaires, il apparaît que la part réelle de l’industrie du comestible dans le dérèglement climatique est totalement disproportionnée en Europe. L’un des enjeux de la culture domestique est de proposer une alternative ponctuelle mais très concrète à cette aberration.

 

fenouil-radis-alfaInviter les germes à sa table, un acte citoyen ?

Dans les pays occidentaux, on parle plus volontiers d’indépendance énergétique que d’autosuffisance alimentaire. Pourquoi l’isolation de votre maison compterait-elle d’avantage que le bilan carbone de votre assiette ? La raison en est simple : la culture domestique ne profite qu’aux consommateurs.

Intégrer la consommation de germes issus de la culture domestique dans nos mœurs aurait à l’échelle mondiale un impact immédiat. Mais les développements technologiques que suscitent les questions climatiques sont plus porteurs pour le secteur industriel, qu’une réflexion de fond sur nos modes alimentaires. Surtout si elle induit une réduction significative de notre consommation de produits transformés.

Quand l’industrie agro-alimentaire s’intéresse aux graines germées c’est dans le but d’en vendre dans les grandes surfaces par barquettes de 100 grammes à 25 € le kilo, avec un traitement industriel, plus d’emballage que de contenu, des transports par camions et au final une part très importante d’invendus à détruire. Peut-on imaginer moyen plus efficace pour transformer une solution d’avenir en nouveau problème ? Va t-on laisser les industriels créer un marché de la graine germée comme ils ont fabriqué celui des salades en sachet ? Alors que produire chez soi 100 grammes de germes frais prêts à l’emploi se fait en 3 jours et ne coûte que 12 centimes d’euro. Dans le contexte actuel est-il vraiment raisonnable de continuer à tout industrialiser ?

 

Reconsidérons nos habitudestrefle

Les bénéfices des graines germées pour la santé ne sont plus à prouver. L’usage régulier d’un germoir produit plus de 100 litres de nourriture fraîche et non polluante par an. Avec un germoir par foyer, c’est à l’échelle d’un pays comme la France, plus de 500 000 tonnes de produits frais qui pourraient potentiellement être soustraites par année à l’exploitation des sols. Soit à titre de comparaisons annuelles, l’équivalent de la production de dattes de l’Algérie, 2 fois la production de noix de coco de la Côte d’Ivoire, environ la moitié de la production mondiale de châtaignes ou 10 fois la consommation de salades de la restauration française.

 

sojaLa gestion de l’eau est un de nos défis contemporains

Avant d’arriver dans votre assiette les ingrédients d’une salade composée classique (tomates, concombres, oignons, radis…) ont déjà consommé en moyenne 300 litres d’eau avant d’être lavés. Pour un pouvoir nutritif très supérieur, une salade à base de pousses de soja cultivées à la maison ne nécessite qu’un litre d’eau, récupérable pour l’arrosage de vos plantes…

L’impact planétaire d’une généralisation de la culture domestique serait tout simplement énorme sur la santé humaine comme sur l’environnement. Nous devons en avoir conscience et prendre nos responsabilités. Plus qu’un plaisir, produire et consommer des graines germées est pour chaque citoyen, un moyen simple et efficace de soulager la planète.


 

tournesol

*Etude Nature Geoscience

Bookmark and Share